Fiches Personnages

Tout ce qu'il faut savoir si l'on veut participer au roleplay autour de la Fée Mécanique. Discussions HRP.
Avatar de l’utilisateur
Nixon
Messages : 163
Inscription : 24 novembre 2010, 19:33
Localisation : Raon l'Etape (88)

Re: Fiches Personnages

Message par Nixon » 27 novembre 2010, 13:18

Nixon naît dans la Fédération en 1841 mais passe à l'Union pendant la Guerre de Sécession (1861-65), au cours de laquelle est créée la CIA et ou il la rejoindra peut de temps après. John Nixon mesure environ 1,80m pour 85kg et a 38 ans. Il a les cheveux court et châtains foncés, les yeux bleus. Il est habillé d'une chemise blanche, avec une cravate noir et par dessus un gilet noir. Enfin une grande veste sombre vient recouvrir ses épaules avec un chapeau typique de cowboy sur la tête, portant ces fameuses bottes et des éperons argentés. Son avant bras gauche est en fait un bras mécanique greffé sur ce qu'il reste de son ancien bras, qu'il cache en dessous de sa veste, mais sa main mécanique reste toujours visible. Il est spécialisé dans les armes à feu, amateur de duel au pistolet, tireur d'élite capable d'atteindre une cible à 1000 mètres. Son visage est très tiré, les yeux plissés surmontés de sourcils qui lui donnait un air sombre et très sérieux. Deux grandes balafres sur la joue gauche lui rappelait son passé tortueux. John à toujours au coin de la bouche un cigare à moitié fumé. Son Colt, qui est le reflet de lui même, ne le quitte jamais, c'est sa deuxième vie qui il disait. Il est originaire de la Fédération américaine, et a passé la majeur partie de sa vie là-bas, on ne sait que très peu de choses sur son enfance. C'est dans ce cadre qu'il effectue son travail d'agent secret, d'abord contre la Confédération puis, à l'intérieur de l'Union qui a signé avec la Confédération une paix reconnaissant l'indépendance relative du Sud, en surveillant notamment Steam-Corps dans les années 1870. Ce dernier était marié à Leia Smith, une jeune scientifique qui travaillait chez Steam Corp. Absorbé par son travail, il délaissait son épouse. Cette dernière trouva refuge dans les bras d'un individu peux recommandable. Ce dernier persuada Leia Smith de voler les secrets technologiques de la grande entreprise. John ne se rendit compte que trop tard, il pû empêcher le vol, mais Leia préféra lui sectionner l'avant bras plutôt que de se faire prendre. Pour le remercier, Steam Corp. lui avait greffé leur tout dernier bras mécanique. Depuis ce jour tragique, il ne fut plus jamais le même, marqué à vie et vivant pour la vengeance, il n'a plus d'espérance dans les rapports humains. Il travaille toujours pour la CIA, espérant racheté ce qu'il considère comme sa faute et voue sa vie à son travail. Il pense aussi rattraper le couple maudit et se venger. Depuis, il a effectué divers mission pour la fameuse agence.

PJ validé et en jeu
Dieu fit les hommes inégaux. Le Colt les rendit égaux.
Avatar de l’utilisateur
Clothaire
Messages : 371
Inscription : 06 décembre 2010, 17:01
Localisation : Entre ici et nulle part

Re: Fiches Personnages

Message par Clothaire » 10 décembre 2010, 22:56

Clothaire Grou, fils d'une signares et d'un riche armateur nantais venu faire fortune au Sénégal par le commerce de peau, d'or et de gomme. Il possède une soeur ainée à qui doit revenir la richesse familiale (comme le prévoit la coutume signares) afin qu'elle puisse se marier avec un autre bourgeois et ainsi continuer de grandir le commerce familial. Il est né en 1852 et malgré une éducation mixte, il ne s'est jamais senti pleinement français, ni pleinement sénégalais et ce quelques soit le nombre de voyages qu’il effectua en France dans les salons nantais et parisiens lorsqu’il vieillit. Il a grandit dans le luxe des grandes familles bourgeoises, avec des précepteurs pour lui enseigner tout ce qu'il devait savoir. Il était fasciné par les animaux du pays et surtout les grands fauves, ce qui naturellement l'a amené à se passionné pour la chasse, voulant se mesurer à ces prédateurs. De fil en aiguille, il s'est intéressé aussi à la mécanique appliquée. Voulant les meilleures armes pour ses "safaris", il se mit à l'amélioration des armes à feu, la fabrication des pièges et la réalisation de systèmes permettant une meilleure observations. Tout était tourné vers une application pour la chasse. Les années passant, il se développa tout un attirail modifié pour aller avec ses exigences ce qui lui permit de sublimer son art de la chasse, lui permettant de gérer la partie "production" du commerce de peau et d'ivoire familial alors qu’il n’avait que 23 ans. Toujours accompagné de Ouedo, un sénégalais que son père lui avait assigné, il découvrit la richesse de la culture autochtone. Il croit fermement à la magie "noire" (dans le sens africaine) et aime sincèrement son pays. Pourtant, il a finit par ne plus trouver de défis dans ses chasses et décida donc de parcourir le monde à la recherche d'autres proies. Il alla en Inde traquer le tigre, dans la jungle tuer le gorille, en Amérique affronter les alligators dans le bayou de Louisiane ou dans les Rocheuses affronter le grizzli. Durant ces années, il entendit nombre de rumeurs sur des chimères. Tout était issu de contes ou de rumeurs, mais il y avait trop de concordances malgré la distance et la différence de culture. Il en déduit donc qu’il devait y avoir des erreurs de la nature et malgré qu’il n’y ai jamais été confronté, il garda les informations pour une future possible rencontre et traque. Par contre, aux Amériques, il put découvrir une nouvelle dimensions à son art. Les animaux n’étant plus un défi assez grand, il décida de s’en prendre à un nouveau prédateur. Il fit siens l’adage «l’homme est un loup pour l’homme». Comme dans ce pays il est possible de chasser les criminels pour les amener à la justice, voir les tuer, il se mit à affronter les criminels. Rapidement il se fit un nom, mais refusa toujours les postes et distinctions qu’on lui proposait. Il veux juste pouvoir se mesurer aux plus dangereux des hommes afin de demeurer le meilleur des chasseur.

PJ validé et en jeu
Korbak
Messages : 2861
Inscription : 05 décembre 2010, 21:21
Localisation : Bords d'eaux (Sùdhwaist)
Contact :

Re: Fiches Personnages

Message par Korbak » 14 décembre 2010, 18:25

Korben Morlak, surnommé Korbak par certains, mesure aux alentours 1m85 pour environs 80 kg. Agé de 25 ans, physiquement très peu attirant (au sens "aussi chaleureux qu'un iceberg"), il arbore des vêtements qui ne suivent pas vraiment de mode. Sur sa tête, un chapeau type "cow boy" orné de goggles, alors que son visage est traversé par une lanière tenant en place sur son œil gauche un monocle mécanique.

Il porte une chemise blanche sale, un gilet de cuir bordeaux dans la poche duquel on suppose l'existence d'une montre par dessus une cravate noire, le tout étant surmonté d'une veste en cuir. Sa ceinture de cuir tient en place des "pochettes" (de cuir) en piteux état qui lui permettent d'entasser des objets plus ou moins utile. Il y pend également (assez négligemment même) un fusil à pompes, et son pantalon de tissu noir rentre dans ses chaussures montantes (à boucles, cuir noir). Entre ses doigts gantés de mitaines en cuir noir tourne souvent un cran d'arrêt.

Il n'a aucun toit et dort à la belle étoile quand il ne trouve pas un logis de fortune. Son but n'est ni d'être riche, ni d'être célèbre, il se contente de vivre sa vie de voyageur, et remplit quelques "contrats" lorsqu'il a besoin de gagner de quoi se nourrir. C'est un homme très violent qui peut s'emporter facilement, et se fiche pas mal des autres tant que lui s'en sort. Cependant, il est capable de réflexion et de stratégie.

Korbak ne fume pas, et boit peu. Il est paranoïaque et vérifie sans cesse qu'il n'y a aucune arnaque ni piège. Ne faire confiance à personne est son maître mot.

Il est de ce genre d'individus qui n'ont pas peur de la mort, mais veulent tout de même vivre. Des paradoxes qui les poussent à prendre parfois des décisions risquées au mépris du danger qu'elles peuvent représenter.

Le passé a joué son rôle. Même si bien jeune pour sembler avoir déjà perdu tout espoir, Korben en est pourtant arrivé là. Au fur et à mesure que les conflits explosaient dans le monde, il s'est finalement vu enrôle, par "hasard" plus que par nécessité pécuniaire, afin d'aller défendre la France en mai 1874. Il y perdra en plus de la réalité des notions du bien et du mal, son oeil, lors d'une action vouée à l'échec, qui sera remplacé par ce monocle qui lui sert de prothèse et lui permet de voir un minimum. Lorsqu'il rentrera chez lui, il ne trouvera plus personne, tant familles qu'amis. Ignorant s'ils étaient morts ou avaient fui pour une quelconque raison, sa conclusion fut la pire.

Dès lors, Korben disparaît sans laisser de traces et part sur les routes vivre une vie simple et misérable, visant à peut-être y trouver un sens. Petit à petit, tout objectif tombera en cendres, ne laissant plus que ce fantôme, un simulacre de chasseur de primes, seul.

PJ validé et en jeu
Dernière modification par Korbak le 16 janvier 2011, 13:21, modifié 1 fois.
VIENDEZ SUR LE CHAT DES VAPORISTES !
"Korbak, je savais que tu étais un homme de gout." - Mycroft
"T'en fais pas pour Korbak, il pince très fort mais il ne mord pas." - 'Toine
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: Fiches Personnages

Message par Guillotine » 14 décembre 2010, 21:01

Elle fait tâche.
On s'insurge, on s'interroge sur les intentions de cette étrangère, qui semble sortie d'un roman.
Les femmes la jugent laide à son teint hâlé, ses lèvres pleines et non mais regardez moi ce nez pointu, on n'a pas idée. Les hommes rétorqueront qu'il y a de la beauté dans son maintient, le l'exotisme dans son visage, tout de même, fort bien proportionné et que de toute façon, ce n'était pas vous qui trouviez du charme aux yeux cernés de la "Dame au Camélias" ?
Elle s'habille principalement de rouge et met des plumes dans ses chapeaux. Elle ne met pas de crinolines, desserre ses corsets et relève ses robes aux mollets. C'est inconvenant, dit-on.
Mais elle s'en fout. Elle rit. Fort.
Elle parle. Son truc, c'est la rhétorique. Elle argumente, contredit pour le plaisir d'une discussion et lit de la philosophie. Quand elle ne parle pas, elle chante des comptines de fillettes qui font frissonner certains et sourire d'autre.
Elle ne dort presque pas. Quelques heures par nuit tout au plus, durant lesquelles elle cauchemarde. Cela creuse d'ignobles cernes dans son visage et alourdi ses paupières.
Surtout, elle voyage. C'est une aventurière, elle raconte des histoires et on se demande, pensif, si elle ne cache pas derrière quelques pseudonymes sa propre identité.
Elle sait se battre au corps à corps, au fusil et affectionne les lance-flammes.
Elle mange peu mais souvent. Elle a une étoile noire tatouée sur la joue gauche. Elle joue au poker. Elle tient l'alcool mieux qu'un homme. Elle est démocrate. Elle dit tout le temps qu'elle ne fait que passer.
C'est à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur Mlle Guillotine.


PJ validé et en jeu
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Lt. Cole Blaquesmith
Messages : 3835
Inscription : 27 septembre 2009, 22:23
Localisation : L'Observoratoire de Paris

Re: Fiches Personnages

Message par Lt. Cole Blaquesmith » 17 janvier 2011, 16:49

Cole Blaquesmith est un ancien lieutenant mécanicien qui a servi à bord du HMS Athena à partir de 1870, Un des nombreux Steam-Airship de la toute puissante Britannia. Ce dernier s'est fait abattre lors d'une « mission de reconnaissance » au dessus du territoire français à l'époque où celui ci était encore sous la tutelle de Napoléon III. Le réveil fut douloureux, mais plutôt étonnant: seul survivant du crash et visiblement des tentatives d'expérimentation des Ingénieurs chirurgicaux, son bras gauche atrocement mutilé a été renforcé par un implant ingénierique d'une nature révolutionnaire. Après avoir été longuement gardé en observation par les scientifiques de l'armée, il est finalement « relâché » et profite tant bien que mal des fastes de Paris, ses blessures l’ayant « réformé » du Service de sa Très Gracieuse Majesté. Il y demeure jusqu'en 1873, après quoi l'on entendra plus parler de lui en Europe occidentale jusqu'en 1879.

Ces six années d'exil lui permettent de faire le tour de l'Europe, de faire le point sur sa situation, sa personne (bref une bonne grosse psychothérapie des chaumières par le voyage et les rencontres), et surtout de travailler en tant que mercenaire, notamment au service du Baron Wulfenbach , sorte de noble scientifique à mi-chemin entre Viktor Frankenstein, Jekyll, mais en plus méticuleux, et pas assez fou pour tester ses expériences sur lui ou sans avoir une poigne de fer sur le monde qui l’entoure. En compagnie de ses « constucts, clanks et autres Jägersoldiers », Cole fera la chasse aux criminels, adversaires et autres monstruosités qui peuplent les terres (et le territoire aérien) du Baron, à savoir la Transylvanie ! Lors de ces chasses, Cole et le Baron se lient d’amitié, l’un par curiosité envers cet être humain-machine arraché à ses racines, l’autre fasciné par l’intégrité et la douce folie de ce noble reclus.

Lorsque que la Grande Guerre débutée en 1874 provoque l'effondrement de l'empire austro-hongrois l'année suivante, Le Baron Wulfenbach proclame son indépendance et entreprend de s’emparer des terres dont il a eu plus ou moins légitimement la charge. Il emploie pour cela un Zeppelin colossal, dont le chantier de construction secret se trouvait dans une vallée interdite au cœur des Carpathes. Avec la puissance dissuasive du « Castle Wulfenbach »,Cole entreprend d’aider le Baron dans sa conquête, notamment en prenant les commandes de l’appareil et s’assurant de sa maintenance.
Après avoir soumis ses rivaux et les garnisons Habsbourg présentes dans la région, son Excellence le Duc Wulfenbach doit également repousser l'assaut des Russes qui lorgnent sur la Transylvanie où vient d'être établi ce Duché indépendant.

Une fois le Duché de Transylvanie pacifié, il propose à Cole le haut commandement des troupes transylvaniennes. Ce dernier décline l’offre, refusant de rentrer à nouveau dans une armée régulière, et estimant que la seule amitié du Duc est une récompense en soi. Apprenant que l’armée britannique a repris de nombreux territoires à l’ancien empire Ottoman, il décide d’aller prendre quelques vacances bien méritées au soleil. La dernière fois que Cole a été officiellement vu, en 1879, il franchissait le détroit du Bosphore en direction du sud...

Cole est actuellement âgé de 32 ans, d’un physique plutôt élancé mais nerveux, il cache sous une légère couche de flegme britannique une soif assez étrange de changement. Très affecté par son accident, il commence à peine à considérer sa prothèse comme faisant partie de lui-même, il continue à lui parler comme si elle avait sa propre conscience. (Le Duc n’est pas étranger à ce comportement^^). Profitant des restes de sa pension compensatoire militaire et du butin qu’il a amassé en Transylvanie, il se prélasse dans un hôtel du Caire, écoutant les histoires que les autochtones racontent aux étrangers sur les légendes de ces terres ancestrales…

PJ validé et en jeu
The Power of Steam and Steel Will Prevail ,Glory to the Victorian Empire, Long live Britannia!
Avatar de l’utilisateur
LadyCatz
Messages : 3547
Inscription : 20 février 2011, 20:42

Re: Fiches Personnages

Message par LadyCatz » 05 mars 2011, 19:50

Lady Catz

Qui est-elle ? Qui se cache derrière cette jeune femme de 21 ans aux allures de poupée ? De taille moyenne, cheveux blonds foncés, yeux gris verts, ronde comme les douceurs qu’elle affectionne tant, ses tenues contrastent avec son titre de Lady : certes, le boléro et la jupe sont de mise, mais de quelle sorte ! Porter un pantalon sous la jupe et une chemise d’homme, sont-ce des manières ?
Née de parents archéologues cette miss soignée aux allures de dandy a vécu sans cesse en mouvement, sans aucun port d’ancrage réel. Ses parents – trop souples ou trop absents – l’ont laissé pousser seule, faisant d’elle une fleur farouche que seuls les chats peuvent approcher sans crainte. Chats qu’elle affectionne tant qu’elle en a fait son titre, son nom, son identité.
Le culte voué à ses petites bêtes en Egypte l’ont poussée voilà deux ans à venir s’exiler dans ce désert habité, après maints voyages à travers le monde. Munie de son éventail de cuir et de sa canne de dandy, marchant le port droit dans les rues du Caire, qui sait quelles rencontres notre jeune aventurière pourrait faire, avec l’arrivée de la Fée Mécanique ? Coupée du monde depuis trop longtemps, dans quelles aventures va-t-elle se retrouver ?


Motivations : coupée du monde depuis trop longtemps, rêve d’une aventure sortant de l’ordinaire, de se lier avec des gens, (enfin d’essayer, vu son caractère…) de parcourir le ciel après avoir parcouru la Terre. Et pourquoi pas au terme du voyage, trouver un endroit où se poser enfin.
Caractère : explosif. Ne mâche pas ses mots. N’a pas peur des hommes, voire les méprises, bien qu’elle calque leurs attitudes et vêtements. Une sorte de dandy féminin détonnant qui sait fumer le cigare, bien qu’elle préfère un verre bien serré. Un poil agressive sur les bords, s’énerve relativement vite. Mais fidèle en amitié et prête à tuer pour ceux qu’elle aime. Sait l’étiquette aussi bien que décrocher une droite, mais elle a ses limites : elle reste une femme, avec un cœur…
Aptitudes : Les langues. Si elle ne les maîtrise pas totalement, elle baragouine de nombreux dialectes, traînée depuis toujours par monts et par vaux par ses parents. Elle s’y connaît aussi en langues mortes, hiéroglyphes et autres peintures rupestres indéchiffrables. Sait se déguiser en homme quand il le faut. Se fait appeler Cyril dans ces cas-là. (pour la raison évidente, qu'à l'époque, une femme indépendante n'était pas toujours bien vue dans tous les pays...)

PJ validé et en jeu
C'est lorsqu'il parle en son nom que l'homme est le moins lui-même, donnez lui un masque et il vous dira la vérité.

[Oscar Wilde]
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2750
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: Fiches Personnages

Message par Antoine Jolivet » 12 mars 2011, 22:05

JOLIVET Antoine Cyprien Edmond Joseph
Signalement :
Taille : 1,70m
Poids : environ 76 kg
Léger embonpoint.
Yeux vairons (oeil droit brun, oeil gauche vert)
Cheveux châtains foncés, grisonnants.
Calvitie partielle, frontale et occipitale.
Glabre.

Né à Bruxelles (Ixelles) en 1835,

Fils d'Adhémar JOLIVET, industriel en fabrications métalliques, et de Amélie Van Steenkist, la fille du baron Edmond Van Steenkist, le banquier qui gagna des millions en spéculant lors de la Révolution d'indépendance de 1830.

Il montre très tôt des dispositions étonnantes pour la mécanique, la chimie et une science qui n'en est alors qu'à ses débuts : l'électromagnétique.

En 1852 (il a 17 ans), est envoyé pour quelques mois en Angleterre, chez un correspondant de son père, pour s'y perfectionner en chimie et physique de la métallurgie. Il y aurait travaillé avec le jeune Lord Chapillon, et aurait gardé de cette période des souvenirs inaltérables d'amitié et de reconnaissance.

En 1858, il est à Paris, fréquente l'Académie des Sciences, et assiste en 1860 à la présentation des travaux de James Braid sur l'hypnose par Alfred Velpeau. Il se passionne pour le sujet et tente ses propres expériences.

Il tâte également des Beaux-Arts, est assez doué en dessin, mais sa curiosité scientifique prend le dessus. Il faut dire qu'il passe plus de temps à étudier l'anatomie de ses modèles qu'à peaufiner ses toiles.

Il passe près de 5 ans à Paris, y suivant toute sorte de formations, dont des cours d'éducation physique, sous la direction de Théophraste Lupin, et quelques cours de musique.

Mais toujours, la recherche scientifique le ramène dans son giron. On raconte (mais ce n'est pas prouvé) qu'il fréquente le jeune médecin Charcot et serait à la base de ses idées, développée par après, sur l'hypnose et les maladies mentales.

Il est alors rappelé à Bruxelles par son père, excédé de pourvoir à l'entretien de celui qu'il considère comme un oisif.

Il aurait pu devenir un parfait rat de laboratoire, ou reprendre comme prévu la direction des Fabriques Jolivet, mais un supérieur esprit de contradiction le pousse à tenter d'autres aventures. Il s'ensuit de sévères tensions avec sa famille. On tente de le marier, sans succès.

Finalement, sur un coup de tête en 1863, âgé de 28 ans, le jeune Jolivet accompagne le corps expéditionnaire français au Mexique.
Il y apprend sur le tas l'art de se tirer vivant des embuscades les plus traitres. Il s'initie également aux subtilités du renseignement et de la prise d'information en territoire hostile.

Mais, lassé de l'incompétence des officiers en place, il finit par regagner l'Europe.

Revenu en Belgique, où il s'ennuie rapidement, il entre dans l'entourage proche du Duc de Brabant, le futur Léopold II.

A Bruxelles, fréquente un temps les coulisses du Théâtre Royal de la Monnaie, s'y éprend de deux ou trois danseuses, et apprend l'art du grimage auprès du maître maquilleur Otto Fynn.

En 1867, à la chute de l'Empire Mexicain, il est envoyé en mission par le Palais Royal pour « exfiltrer » l'impératrice, la Princesse Charlotte, soeur de Léopold.

La réussite de cette mission périlleuse lui vaudra l'amitié indéfectible du futur monarque, dont il sera désormais l'un des meilleurs agents.

Dès avant son accession au trône, le Prince Léopold rêve de faire de son micro-état une grande puissance économique. Bien servi par ses dons en matière scientifique, Antoine se spécialise alors dans l'espionnage industriel. Il ne se contente pas de s'emparer de plans ou de modèles, mais, presque par jeu, servi par ses capacités d'observation et d'adaptation, il améliore souvent les inventions qu'il vole. Et d'abord à son propre profit.

C'est ainsi qu'il possède :
un pistolet paralysant à décharges magnétiques, (en quelque sorte l'ancêtre du Taser),
une mitrailleuse qu'il a fait construire par l'armurier belge Montigny, attribuée à l'ingénieur Fafschamps, elle est presque l'équivalent de la Gatling, en plus léger et d'un emploi beaucoup plus simple.
Des projectiles à condensateur de type « bouteilles de Leyde », suffisant pour commotionner durablement un adversaire,
Toutes ces armes, efficaces, sont non létales, car par principe, Antoine Jolivet refuse de tuer un être humain.

Il n'a malheureusement pas pu éviter certains cas de légitime défense, et possède un pistolet, réalisé selon ses plans par le Syndicat d'Herstal , près de Liège (la future Fabrique Nationale d'Armes de Guerre). Particularité : ce pistolet de type Colt possède un barillet de 9 projectiles de petit calibre.
Mais il s'en sert le moins possible.

Mais son meilleur atout reste l'incroyable empathie qu'il dégage.
Ce n'est pas un Don Juan, il n'en a d'ailleurs pas le physique, et ne ressemble guère à un aventurier, mais il sait mettre son interlocuteur en confiance, et attire irrésistiblement la sympathie, surtout auprès des femmes.
Et plus encore, il a une sorte de magnétisme qui pousse les autres à se confier. C'est ainsi qu'il a pu déjà recueillir des informations plus qu'utiles.

Côté physique, on ne dirait pas que l'on a à faire à un combattant, plutôt à un intellectuel, un peu amorti, avec un léger embonpoint, car Antoine aime tous les plaisirs de la vie, et particulièrement ceux de la table!
Mais ne nous y trompons pas : il est aguerri au combat rapproché, ayant très jeune suivi les cours de savate et de maniement de la canne lors de son séjour à Paris.

Ayant bien conscience qu'il ne sert à rien de se cacher, il se montre au contraire, beaucoup, sa couverture étant celle d'un journaliste scientifique correspondant à « La Nation Belge », et également chroniqueur mondain pour le magazine sonore « Les Voix du Temps », (de diffusion quasi confidentielle, ce magazine propose à ses rares abonnés une revue mensuelle sur cylindre de phonographe).

Antoine utilise au cours de ses reportages une machine de sa fabrication : le « Phonomagnegraphe JOLIVET » (Ironie du sort, celui-ci sera plus tard copié, fort imparfaitement, par un ingénieur danois du nom de Poulsen qui en commercialisera quelques exemplaires sous le nom de « télégraphone ».)

Le cas échéant, les piles à acide dont il fait grand usage peuvent également servir d'arme de défense.

PJ validé et en jeu
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Syriana
Messages : 41
Inscription : 28 avril 2011, 22:58

Re: Fiches Personnages

Message par Syriana » 02 mai 2011, 17:29

Syriana Al Daevon
25 ans Egyptienne
1m70
Les cheveux noirs, long et bouclés.
Des yeux bleus/gris qui transpercent l'âme
Une démarche toujours féline, voir même un peu hautaine ou aguicheuse.

Fille de démon? Elle n'en sait rien.
Peut être est ce dut à ses danses endiablés avec le feu,
ou à son chat noir qui la suit partout,
ou à son attrait pour les poisons...

Quoiqu'il en soit, elle n'as aucun souvenir de son enfance, et au vu de ses facultés elle s'en réjouit.
Une fillette de quinze n'est pas sensée savoir que telle plante en infusion provoque une démangeaison ou que celle ci en pâte provoque la mort par étouffement.
Bien que ses connaissances lui aient étés utiles, lorsque un ventripotent marchand l'emmena chez lui pour un faire son énième épouse.
Elle apprécia même de voir cet être immonde personnage agoniser lors de leur "nuit de noce", à l'aube de ses 16 ans.

Par chance, elle fit aussi de bonnes rencontres, comme cette femme qui lui appris la danse de feu.
Depuis c'est ainsi qu'elle occupe ses journées, dansant pour les passants ou lors de festivités, utilisant plusieurs agrès enflammés.
Même si parfois elle accepte des petits contrats, usant de ses connaissances en herboristeries.

Aujourd'hui c'est une belle jeune femme, aux formes rappelant les dunes de son désert.
Sa ceinture et sa couronne de pièces assure que tous la remarque et les différents voiles de tissus précieux qu'elle porte garantisse que personne ne la loupe.
Elle marche toujours pieds nues, et portes à ses chevilles de bracelets accordés avec sa ceinture.
Chaque partie de sa tenue est orné de pierres plus ou moins précieuses.
Au milieu de ses ceintures de tissus et de cuir, sont dissimulés ses fioles, toujours utiles, surtout le liquide hautement inflammable qu'elle utilise pour cracher le feu.
Elle porte un serre taille de cuir richement décoré, où est dissimulé un stylet, spécialement fabriquer pour délivrer une dose de poison à chaque contact avec de la chaire.
Le dernière accessoire dont elle ne sépare jamais, est son éventail, utile lors de grosse chaleur, tout autant que les lames incrustés à ses extrémités.

Son cotés aguicheuse lui permet d'obtenir tout les faveurs qu'elle souhaites auprès des hommes.
Tous rêve de côtoyer cette joviale demoiselle, débordante de vie.
Et les femmes n'arrive pas à la trouver "aguicheuse", envoutées par le naturel et la simplicité qu'elle dégage.

Et dans toutes ses aventures, la suit son chat "Bast", un Mau égyptien noir aux yeux couleur d'or.
En vérité c'est plus lui qui l'a adopté, prouvant sa fidélité et son utilité au cours des années.

PJ validé et en jeu
Dernière modification par Syriana le 21 novembre 2011, 13:59, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Emile Clapeyron
Messages : 6442
Inscription : 02 septembre 2009, 15:16

Re: Fiches Personnages

Message par Emile Clapeyron » 03 mai 2011, 08:49

bonjour

en premier lieu pourrais tu aller te présenter dans la section faite pour, "le club privé"?

pour faire un personnage et intégrer le RP sur le forum, il convient de contacter mycroft, qui est le MJ de cette aventure
la magie est le refuge de l'incompétence. nous autres mécaniciens, nous contrôlons le monde

steamer, moi? non, vaporiste !


les goggles, c'est mainsteam
Avatar de l’utilisateur
Syriana
Messages : 41
Inscription : 28 avril 2011, 22:58

Re: Fiches Personnages

Message par Syriana » 06 mai 2011, 13:00

Mycroft est prévenu et à autorisé la création de se personnage.
Pour tout dire c'est un deuxième personnage....
Répondre

Revenir à « Les règles, PJ et PNJs »