Le problème n'a pas encore été résolu et divers événements ont retardé sa résolution (déménagement, service client un peu particulier...)

Prenez soin de vous en ces temps un peu particuliers :)

Khin (17/03/2020)


Hello ! Le forum ne peut plus envoyer de mails depuis quelques jours. Ceci signifie que, par exemple, la récupération de mot de passe ne fonctionne plus.

Nous sommes sur le coup et réglons le problème dès que possible (les fêtes, tout ça) !

Khin (29/12/2019)

L'airship Mayflower

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
Avatar de l’utilisateur
Mademoiselle Flora
Messages : 1447
Inscription : 19 septembre 2009, 07:40
Localisation : Bretagne

L'airship Mayflower

Message par Mademoiselle Flora » 12 juin 2011, 21:47

Il faisait encore nuit sur l'aérogare de St Skernoux, mais déjà, un trafic intense animait le lieudit situé à quelques kilomètres de Nantes, grande capitale économique, technologique et culturelle Européenne de 1872. Saint Skernoux était à l'origine un trou de boue, mais avec l'agrandissement explosif de la ville, il s'est vite avéré que ce fameux trou de boue était situé à un point stratégique de formation des courants aériens, en faisant un choix privilégié pour la construction de la plus moderne des aérogares jamais vue. Elle s'étendait sur plusieurs kilomètres, alignant les zeppelins première classe reluisants comme des scarabées sous la lumière verdâtre, les aérobus dotés de centaines de paires d'ailes diaphanes, bref, tout cela ressemblait à un rêve d'entomologiste fou à lier. Mais au bout de cet alignement, un bidonville s'y était greffé et gonflait tout aussi proportionnellement. C'était un repaire de pirates aériens, au petite chaloupes venant se fixer sur chaque zeppelin au décollage, pour en aspirer tout ce qui "traînait": le carburant, les effets des passagers... Tout a été tenté pour cacher la décharge aux yeux des voyageurs, mais dans toute construction de ce type, c'était inévitable. Au milieu de tout ce bazar mécanique, pourtant, se trouve ce qui aurait dû révolutionner le monde du pilotage: L'unique modèle d'airship avec assistance totale au pilotage et à l'entretien, créé par le génial Professeur Weindosse. Celui-çi, qui avait avec enthousiasme baptisé son oeuvre l'Airship Mayflower, clamait qu'il était si facile de le conduire qu'une mendiante de 8 ans le ferait décoller. Ce fait s'avéra, au grand dam du Professeur, et celui-çi ne revit jamais son invention, ni les plans laissés à l'intérieur, ni la gamine des rues riant de tout son coeur. Alors que le soleil se lève sur l'énorme singularité technologique qu'est Nantes-St Kernoux, une petite voix métallique s'élève sous la carcasse de l'Airship Mayflower.





Kapitan Kou-ouvacsss il est ssssssissss heurrres krssssssss krsssssss
Mmmrgh.
Kapitan Kou-ouvacsss krssssss kr...
Mmmgn, c'moi, stupide ferraille. C'est pas une heure pour s'lever, pour un humain.
Il est ssssssssisssss heurrres oune. On a volé ein réaktor, scusi bitte. Krrsssss
HEIN! QUOI!!
S'ensuivit un grand bruit de choc métallique, puis un de chute, et enfin, un cri féminin ponctué d'injures qui feraient rougir les meilleures marchandes de poisson.
Tu pensais me le dire quand, stupide ferraille?! On a pas suffisamment de conneries comme ça, tu trouves!!?
Kapitan, je dizais cela pour vous fairre réagirrr. Vous êtes debout krsssssss maintenant. C'est le rrréglement. Kapitan avant les outres
Une silhouette s'arracha du sol, encore titubante. Elle avait immanquablement des contours féminins et jeunes, mais dans la façon qu'elle avait de se tenir, on aurait cru à une réincarnation de vieux docker. Ses cheveux étaient presque ras et noir bleu. Son visage enduit de crasse était plutôt banal, et ses yeux très foncés donnaient l'illusion de regarder une ombre.
Les outres, ouais, les outres, maugréa-elle en évitant les cadavres de bouteilles en direction d'un petit coffre métallique. Elle l'ouvrit et saisit ce qui semblait être un tas de chiffons.
Tu va tous me les réveiller, ces outres en question.
Alors qu'une mélodie aigrelette se répandait dans les couloirs métalliques du vaisseau, la jeune fille entreprit de se vêtir avec le tas de chiffons, qui s'avéra être une salopette en fort mauvais état. Elle plongea les pieds dans de trop grandes bottes de combat dont le bout était rempli de plomb.
Krrssssss, debout, ssssssssisssss heures kouatre...
Se munissant du premier objet métallique passant à sa portée, en l'occurrence une clé à molette cassée, elle se jeta hors de sa cabine et frappa toutes les portes du couloir, en imitant la voix métallique. Bientôt, les gémissements de mécontentement venant de derrière ces portes vinrent s'ajouter au vacarme ambiant régnant dans le vaisseau.
Mais capitaiiiiine, vous aviez dit que c'était les congés!! Pitié, épargnez mon crâne! supplia une voix.
J'ai dit ça moi? C'est l'alcool qui parlait! Pas d'excuses, debout Sigfried!
C'est trop injuste, capitaine...
Et c'est toi qui vient me parler de justice, Malmore? Dans dix minutes sur le pont, tous! Aujourd'hui on prend du monde!
D'une des portes jaillit soudain une petite créature hirsute et rouquine, qui souriait de tout son peu de dents.
Ouiiii! Enfin du monde! On va faire la fête! Hein tata-capitaine?
La capitaine sourit à la vue du gamin surexcité et passa sa main dans les cheveux rouges.
Pour sûr, on va bien rigoler mon p'tit. Aller, fais-toi beau, Vic.
Le gamin disparut en courant et en tapant à son tour sur toutes les parois métalliques qu'il rencontrait. Souriante, la jeune fille continua son tour de réveil.




Et dix minutes plus tard, ils étaient tous là, sur le pont, la plupart la mine grise et tordue, se frottant le crâne en maugréant des paroles comme "plus jamais, plus une goutte..." . Il faut dire que le stock d'absinthe bon marché sur lequel l'équipage était tombé la veille n'était pas du genre à se laisser faire. Se tenant debout sur une caisse, la capitaine les observais avec une déception mal masquée: il faut dire qu'au moment d'engager tout ce petit monde, elle pensait avoir affaire à un équipage redoutable, que rien n'effrayait.
Siegfried "pâlichon" Malmore était un vrai tireur d'élite, il pouvait atteindre une mouche à 20 mètres avec un tromblon. Le problème, justement, c'est qu'il ne s'est jamais résolu à tirer sur autre chose que des insectes ou des planches de bois. La vue des morts et du sang le faisait s'évanouir.
Le Doc, connu sous aucun autre nom, au contraire, appréciait beaucoup trop cette vue. Rien n'a jamais été prouvé quant à sa possession d'un vrai titre de docteur, mais, tant qu'il faisait bien son boulot pour rafistoler l'équipage, il restait à bord. Il était le plus âgé de l'équipage, mais ses mains ne tremblaient jamais lorsqu'il opérait.
Vic, ou Victor, le gamin turbulent et toujours enjoué, n'avait pas son pareil pour se faufiler et prélever tout ce qui serait susceptible d'encombrer les riches maisons bourgeoises. Nul ne savait d'où il venait exactement, mais la Capitaine Kovacs y tenait comme à la prunelle de ses yeux.
Il y avait aussi Mastodonte, un ancien lutteur obèse qui mâchouillait toujours son bout de mégot et avait de longues conversation avec l'assistance de bord grésillante à propos de jeux d'argents. Trishka, un grand baraqué qui ne parlait jamais et qui regardait toujours la capitaine avec des yeux de cocker larmoyant. Enfin, Nina,qui avait plus l'air d'une serveuse de troquet douteux que d'une pilote, pour l'instant très occupée à réajuster son corset beaucoup trop petit sous le nez de Sigfried, dont les joues se teintaient trop vite de rouge.
Autour d'eux, un petit automate se chargeait de répandre du café sur le plancher en annonçant l'heure.
Vous êtes surrrr le Mayflouwerrrr, sssssssissss heures trrrrrronte!

"V'là la belle équipe" pensa la jeune femme en soupirant.







Voilà, ceci était un petit essai introductif à une possible suite d'épisodes pas forcément reliés entre eux, dites-moi trèèèès franchement ce que vous en pensez. C'était un genre d'exercice d'écriture automatique pour moi :mrgreen:
(j'ai fait un mini edit de la description de l'équipage)
Dernière modification par Mademoiselle Flora le 18 juillet 2011, 10:34, modifié 3 fois.
Moi je suis là pour l'open bar.
Avatar de l’utilisateur
zep
Messages : 21
Inscription : 07 mai 2011, 20:20

Re: L'airship Mayflower

Message par zep » 13 juin 2011, 11:15

Excellent!

J'adore, j'imagine bien l tête de l'équipage de choc! Ça pourrais donner un bon départ pour une nouvelle ou un roman, personnellement, je te félicite et te conseille de continuer!

Moi je préfère Siegfried le tireur d'élite qui ne tire que sur des insectes ou des planches par ce que la vue d'un mort et du sang le fait s"évanouir.

En tout cas, avec ça, tu m'à donner envie de lire la suite si il y en aura une.
Ecoutez Abney Park, musique steampunk
Avatar de l’utilisateur
Mademoiselle Flora
Messages : 1447
Inscription : 19 septembre 2009, 07:40
Localisation : Bretagne

Re: L'airship Mayflower

Message par Mademoiselle Flora » 13 juin 2011, 13:04

Merci c'est gentil ^^ C'est plus un épisode d'introduction pas très subtil, mais je l'espère, efficace. J'ai l'intention d'écrire plein de petits épisodes prochainement, là c'était juste pour poser des bases. Mais contente que cela t'ai plu!!
Moi je suis là pour l'open bar.
Avatar de l’utilisateur
margeval
Messages : 1730
Inscription : 18 mai 2011, 21:30
Localisation : Namur (Belgique)

Re: L'airship Mayflower

Message par margeval » 13 juin 2011, 19:34

Bonjour,

J'aime bien l'équipage à contre emploi (et le tireur d'élite qui a peur du sang) :lol:

ça mériterait une petite illustration, genre photo de famille !

Je guetterai la suite ;)
Maison Lambert, le futur c'est déjà hier !
Vive les vaporistes libres et indépendants.
Merle
Messages : 4659
Inscription : 18 décembre 2010, 12:52
Localisation : In a bar, under the sea
Contact :

Re: L'airship Mayflower

Message par Merle » 13 juin 2011, 20:22

Mademoiselle Flora a écrit : cri féminin ponctué d'injures qui feraient rougir les meilleures marchandes de poisson.
J'ignorais que la vente de poissons ou leur qualité étaient proportionnelles au potentiel d'injures des poissonnières. :D

Il y a pas mal de maladresse, mais ça n'empêche que tout ça est très sympathique.

[prof]Et parce que je ne serais pas moi si je ne chipotais pas : "s'avérer vrai" est un pléonasme. Si quelque chose s'avère, c'est que c'est vrai.[/prof]
Autant de motivation qu'une lettre de motivation.
Avatar de l’utilisateur
Mademoiselle Flora
Messages : 1447
Inscription : 19 septembre 2009, 07:40
Localisation : Bretagne

Re: L'airship Mayflower

Message par Mademoiselle Flora » 13 juin 2011, 20:26

:oops: Merci Egon! (et oui, chez moi, les marchandes de poisson ont un meilleur chiffre d'affaire si elles connaissent les meilleures injures!)
Moi je suis là pour l'open bar.
valholl
Messages : 17
Inscription : 13 juin 2011, 18:29

Re: L'airship Mayflower

Message par valholl » 14 juin 2011, 19:05

Génial j'adore j'attends la suite avec impatience!Ca donne envi de suivre les aventures de cet équipage étéroclilte :D
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: L'airship Mayflower

Message par marius nightmare » 29 juin 2011, 19:47

J'ai bien aimé, j'attends une suite :twisted:
Avatar de l’utilisateur
Etienne Willem
Messages : 511
Inscription : 13 mai 2011, 12:10
Localisation : Libramont (BELGIQUE)

Re: L'airship Mayflower

Message par Etienne Willem » 30 juin 2011, 18:04

margeval a écrit :Bonjour,


ça mériterait une petite illustration, genre photo de famille !
Je suis bien d'accord, mais heu.... Trishka... C'est un homme ou une femme? Parce que, moi heu... les prénoms russes tout ça...... :?
"Welcome to the machine!"
Abbygael
Messages : 107
Inscription : 21 mars 2011, 00:00
Localisation : La Tchaux - Suisse

Re: L'airship Mayflower

Message par Abbygael » 30 juin 2011, 19:48

Bel essai, j'aime bien ^^ Je me demande ce qu'ils sont capable de faire à part boire de l'absinthe ! J'ai bien aimé le clin d'oeil avec autres et outres :p bien trouvé

Par contre, j'ai pas saisi une chose. Des bottes de combats garnis de plomb ? En zappant le côté toxique de la chose, en quoi le plomb va-t-il renforcer les bottes ? C'est pas mou le plomb ? Ca va se déformer sous les chocs et les coups donnés, non...?

Ah, et il y a juste un oubli de pluriel là
C'était un repaire de pirates aériens, au petite chaloupes venant se fixer
sinon rien à dire ^^
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »