Hello ! Le forum ne peut plus envoyer de mails depuis quelques jours. Ceci signifie que, par exemple, la récupération de mot de passe ne fonctionne plus.

Nous sommes sur le coup et réglons le problème dès que possible (les fêtes, tout ça) !

Khin (29/12/2019)

Les aventuriers de Géodésia Tome 1 Chapitre 1

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
ludovicperez
Messages : 6
Inscription : 21 octobre 2015, 21:21
Localisation : Biarritz

Les aventuriers de Géodésia Tome 1 Chapitre 1

Message par ludovicperez » 02 février 2020, 18:10

Ah... la petite ville d'Archronos. Ces marchés très animés, ces champs immenses de blé et son centre industriel, crachant toujours plus de vapeur dans les airs.
C'est dans cette partie, un peux reculer du monde, que l’on trouve les meilleurs horlogers de tout Géodésia. Le seul fait de porter une de leurs charmantes montre à gousset, vous identifie comme étant un fin connaisseur. Mais ne nous attardons pas sur cela.

En bordure de la ville vivait une famille de fermiers chevronnés. Mais qui pourrait penser, que derrière cette sympathique famille, se cacher en réalité, un être plus intelligent que la moyenne. Une personne qui n'imagine même pas l'aventure qui est sur le point de se tramé. Et que dans la grange qui lui sert de garage . Ludwig Steamhearth travailler encore sur un nouveau projet.

Quand soudain, une explosion fis voler en éclats les fenêtres du deuxième étage de la structure large de plus de 20 mètres. Le père de notre inventeur Éric Steamhearth accouru auprès de son fils l'air profondément inquiet. Ce n'était pas la première fois que cela arrive.

La semaine dernière il avait déjà tenté une expérience qui détruisit totalement le plafond. En ouvrant la porte de la grange, Éric vit le garage, sans dessus dessous. Comme si une tornade avez soulevé toute la pièce et l'avais fait violemment retombé au sol.

Aucune trace de Ludwig.

Cela fait déjà bien longtemps que le plafond du rez de chaussé a été enlevé, ne laissant qu'un escalier de chaque côté du bâtiment, menant au deuxième étage. Un incendie involontaire, encore Ludwig, sans l'ombre d'un doute. Au milieu de la salle se trouve une sorte de bateaux de 5 mètres de long et d'à peu près 3 mètres de large. D'énormes tuyaux parcours ces flancs. La coque, semble être en bois mais a été renforcé avec des plaques de métal. En contournent, ce qui lui paraît être une carcasse de bateaux, Éric entend hurler Ludwig. Il monte les escaliers 4 à 4, arrive aux deuxième étage et vois une dizaines de morceaux de cristaux et de verres qui jonche les murs et le sol. Aucune trace de son fils.

" Serait il ... " Éric n'eut pas le tend de finir ça phrase, qu'à l'autre bout de la salle près de vieilles barriques, une voix se fait entendre :
"- Salut p'pa. Tu ne voudrais pas me filer un p’tit coup d’main ? Dit il en se tenant la tête d'une main et en lui faisant signe de s'approcher de l'autre. Je suis un poil coincé là.

Le père traversa la zone, en prenant soin de ne pas trébuché sur les différents outils qui traînent ça et là.

C'est ici que passe le plus clair de son temps notre inventeur. Le rangement n'est pas vraiment son fort. Et il lui est déjà arrivé de choir, plusieurs fois sur une quelconque pièce d'hovercrafts. Ou encore de trouver de vieux plans, qu'il avait mit de côté sans jamais les terminés. La salle est accessible via l'escalier côté gauche, qu'Éric a emprunté plutôt. Arrivé dans la pièce, la seul fenêtre ronde avait été soufflé lors de l'explosion. Sur le mur, en face des escaliers, un bureau avec de nombreux espaces de rangements se tient sur toute la longueur. Dans le mur de droite, une immense carte de Géodésia est affiché. Elle aussi prend toute la longueur du mur.

Éric arriva tant bien que mal auprès de Ludwig. Il le vit dans une position assez hilarante les fesses, coincées dans un tonneau jusqu'en haut des cuisses, et ses lunettes de soudeur en travers du visage.

Éric ne pu s'empêcher un rictus en le voyant sain et sauf.

Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle, aide moi bon sang ! Lui hurla son fils en gesticulant.

J'avoue que c'est assez embarrassant pour toi comme ça. Je suis heureux que tu n'es rien fiston.

Oui, merci mais on peut pas en dire autant du générateur à cristaux géodésiques. Ludwig lui pointe du doigt le bureau, où jonchent les morceaux de son invention.

Tu peux le réparer ?

Non, du moins pas le cristal. Le métal ça se répare, mais pas les cristaux d'énergie. Ils sont beaucoup trop instables, et pire encore lorsqu'ils sont endommagés.

Peut être que les commerçants d'Archronos pourront t'en trouvé un de rechange non ?

Oui ça se pourrait bien. Sûrement que chez ces escrocs de chez B.C.G il m'en trouveront un de rechange.

Et du coup une fois le générateur opérationnel que compte tu faire ?

Je vais faire vivre le skiff.

Tu parle de cette épave de bateaux sans voile qui traîne au rez de chaussé ?

Hey c'est pas une épave ! Elle a juste besoin d'un nouveau cœur et d'un peu d'huile de coude c'est tout !

Ok ok, si tu le dit. Prend çà tu en auras besoin pour le vendeur. (Il lui tend un petit sac de cuir contenant une dizaine de pièce d'or )

Je sais que l'on est des fermiers, mais de là à me donner tout çà ! Qui t'as poussé dans la broyeuse pour avoir une tel somme ! (Avec de grands yeux ronds. )

Les affaires vont de bon train en se moment alors voilà ta part, tu n'as qu'à voir çà comme ton argent de poche "dit il avec un large sourire.

C’est alors qu’une voix très virile résonna dans toute la grange depuis l'entrée.

ET LUDWIG QUAND TU AURAS FINI DE DÉTRUIRE LA GRANGE ,TU POURRAS VENIR EN BAS ! Hurla t-il à plein poumon.

Ah je crois que ton frère veut te voir. Tâche d'être sympa avec lui ok ?
Ouais ouais seulement s'il ne me parle pas encore de ses muscles.

Dit-t-il en descendant les marches du deuxième étage et en saluant son père d'un geste de la main. La bourse accrochée à sa ceinture de cuire. Il vit depuis le premier étage son frère admirant le skiff en réparation. Sûrement devais t-il ce demandé comment est-ce qu'un engin pareil c'était retrouvé dans cette pièce. Tout en continuant de descendre les marches Ludwig lui demanda :

Alors ? Comment tu le trouve ? Coque en acier inoxydable, renforts en bois, des barrières de sécurité sur les bords, ainsi qu'un fusil mitrailleur alimenté par énergie géodésiques multi - élément. Des boucliers déflecteurs sur l'avant et des micros boucliers sur les côtés pour s'abriter en cas de pépins, propulsion bidirectionnelle, un réacteur géodésiques de classe 2 et la cerise sur le gâteau, un grappin de classe 1 pour le remorquage ou le recyclage.

Ouai, et il fonctionne ?
Non, malheureusement le générateur est HS. J'allais justement en chercher un, tu veux venir?
Bien sûr pourquoi pas, mais avant j'aurai voulu te parler de quelque chose. Mon fusil n'arrête pas de ce bloqué tu pourrais y faire quelque chose ?

Sébastian lui tend un fusil mitrailleur lourd ressemblant à une boîte à musique, avec une dizaine de tubes en fer qui sorte d'un de côtés. Une manivelle, permet de contrôler la vitesse de tire. Une poignée lui permet de stabiliser son arme. Une seconde boîte plus petit faisant office de chargeur et fixer juste à côté.

Ludwig prend l'arme, s’en équipe, tourne la manivelle et voit que le mécanisme semble bloqué par une douille de calibre 60. Il l'enlève grâce à sa clé à molette, puis retente de tourner la manivelle. La machine fit un léger cliquetis, puis en pointant le canon corroder vers une canette posé sur un tonneau près de leur maison, en fasse de la grange. Il fit feu. L'arme poussa une puissante détonnation et fit sauté la cannette sur une dizaine de mètres de haut. Avant de retomber sur la tête de Sébastian.

“Aie "dit il ."Je suis sur que tu la fais exprès ! En se tenant la tête.
Ah ah j'aurai bien aimé mais c'est juste une coïncidence rétorqua t-il d’un sourire.
Alors ? Qu'est ce qu'il avait ?
Comment tu fais lorsque ton arme s'enraye ? demanda t-il avec étonnement et nervosité.
bah je cogne un grand coup dans le chargeur et normalement c'est bon pourquoi ?
PARCE QUE SI JE TE CHOPE À LE REFAIRE JE RÉPARE TON CR NE AVEC TON FLINGUE ! Tu as juste à enlever les douilles restés bloqués dans la chambre de l’arme ! En pointant l'arme vers lui.

Après ce bref incident, ils partirent à pied en direction de la ville d'Archronos. Les gens les repérés de loin, avant même d'atteindre les portes de la ville. En effet, qui ne pourrait pas voir un homme d'un mètre soixante seize. Un chapeau peu commun constitué de plaques de cuivre rivetés, de lunettes de soudeur un poil trop grande pour lui, d'un gilet noir, d’une chemise blanche, d’un pantalon multipoches et des bottes renforcer avec des protections en cuivre. Et un second larron d'un mètre soixante treize, les cheveux noirs, son regard de terreur, son masque à gaz en guise de collier, son T-shirt sans manche blanc tacher, son pantalon militaire et ses bottes dont il vaut mieux ne pas s'approcher. Les fermiers des alentours les connaissaient bien. Ludwig ne compte plus le nombre de fois qu'il dut réparer leurs extracteurs de géodésiste et Sébastian, le nombre de nuisibles en tous genres qu'il a abattu pendant les périodes de grandes migration. Ils les saluent du haut de leur géotracteurs. Ils continuent d'avancer fièrement vers l'entrée principale de la ville où touristes, villageois et hovercrafts se mélangés.

En face de l'entrée on peut très distinctement voir la grande place d'Archronos où une multitude de marchands ambulants viennent montrés leur produits. Une immense fontaine représentant Géodésia, notre planète et loin derrière ,le Panthéon du Savoir. Sorte de grand bâtiment en marbre brun, des pylônes de 20 mètres de haut en guise d'entrée, où se trouvent toutes les connaissances qu'Archronos put constitué en plusieurs millénaires.
En regardant vers le nord-ouest, les habitations en briques des villageois paraissent s'étendre de l'entrée principale jusque derrière le Panthéon du Savoir. Le niveau de vie de la ville ne cessant de s'améliorer au fil de années, seul une très petites minorité non pas de chez eux mais sont toujours accueillis à l'église d'Archronos qui se trouve au centre des habitations au nord-ouest.
Vers le Nord-Est figure le quartier des commerçants d'Archronos ainsi que le quartier des affaires un peu plus à l’Est.
Enfin au Sud - Est de la ville se trouve la zone industrielle là où l'acier des mines alentours prend forme grâce aux savants et ingénieurs de la ville.

Les jeunes du quartier industrielle et des inventeurs viennent souvent taquiner nos deux protagonistes dans une ambiance bonne enfant. Ils leurs arrivent souvent de jouer ensemble au ballon. De leur montrer quelques inventions de Ludwig. Sans danger bien sûr... Sauf peut être une fois où deux. Il n'empêche que si le prototype de géo-bottes avait fonctionné, le sport le plus connu de notre ère, le Géoball aurait déjà vu le jour plutôt.

Après quelques minutes à traverser les immenses murs des forges alentours, ils parvinrent enfin à la boutique B.C.G, la Boutique de Cristaux Géodésiques.

"Et bin ils se sont pas foulé ! " Lança Sébastian en fixant la pancarte de l'enseigne.

Ludwig pénètre dans le magasin. Sébastian lui emboîte le pas. Lorsqu'il poussa la porte, un tintement signale leur entré. Le magasin semblé être très fréquenté. En effet même si je ne suis pas trop d'accord avec les prix, leurs produits sont particulièrement intéressant. Partout où se pose le regard de notre inventeur, il jubile à l'idée d'utiliser ces merveilles pour ces créations.
"Une bobine Tesla enrichi en géoprotésite de classe 3 ! Seule très peu de gens arrivent à incorporer les deux sens crée une explosion ! "
Sebastian, lui donnant un coups d'épaule comme pour lui faire remarquer sa dernière phrase.
"Oui bon ça va !, Monsieur je sais pas recharger mon arme. Ce petit bijou peut générer un champ d'énergie de 30 mètres de diamètre au travers duquel rien ne passe. Encore faut-il pouvoir l'alimenter avec un ..."
Le regard de Ludwig resta figé sur un objet faisant 2 mètres de diamètre, une lumière bleuté s'en dégager.
"Un générateur de classe 3 !" Dit-il avec stupeur. "Il peut même alimenter des hovercrafts de classe 4 lorsqu'il sont un tout petit peux bricoler. Et la un convecteur spatio temporel, personne ne sait comment il marche même son concepteur l'ignore. "
Sébastian faisant semblant de s'intéresser à ces propos :"Et au nom de qui doit on cette merveille d'inutilité ? "
En cherchant autour de ce triangle de lumière, il vit une inscription :"voilà ce qui arrive quand on s'assomme dans les toilettes. " et c'est signé au nom de Zeus ... bizarre comme signature.

Dans le fond du magasin , il vit l'inscription C2 pour classe deux. En réalité le magasin est beaucoup plus grand à l'intérieur, il est découpé en 6 parties
-l'entrée avec le vendeur .
-une salle pour les articles de classe 3 en face de l'entrée .
-la salle des articles de classe 1 à gauche et 2 à droite.
-les salles des articles de classe 4 et 5 sont respectivement au premier et deuxième étage .

Ludwig alla donc à la salle consacré au article de classe 2 trouver ce fichu générateur. En entrant de la pièce, un homme d'une cinquantaine d'années ce tenez près des articles que rechercher nos deux clients. Il leur fit signe de la main.
"Salut tonton comment va ?" Dit Sébastian à l'inconnu. En effet cet hommes est l'oncle de Ludwig et Sébastian, il se nomme Christopher et est un spécialiste des articles de classe 1,2 et 3 de B.C.G

"Bonjour fiston quel bon vent vous amène ici tous les deux ?"

Gêné, Ludwig lui dit " et bien on est venu parce qu'il se pourrait que j'ai un chouilla détruis un générateur ce matin et j'aurai aimé ..." l'oncle lui mit un grand coup derrière la tête.

"Combien de fois je t'ai dit de ne pas faire mumuse avec ce genre de choses ! Personne n'a été blessé quand même ?! "

"Non plus de peur que de mal quelques bleu en plus de celui là, (En se frottant la tête) on vient justement en chercher un autre."

"Un classe 2 j'imagine ? " En fronçant les sourcils

"Dans le mille " en se protégeant comme un boxeur.

"Ils sont juste ici , pour la modique somme de 20 pièces d'or ce petit bijou d'ingéniosité est à vous ". Fit le vieil homme en pointant le générateur derrière lui.

"Hum c'est quand même une sacré somme , je n'ai pas le choix de tout façon alors va pour 20 pièces d'or. "

Une alarme retentit dans le magasin. Le premier réflexe qu'eut Ludwig fut de regarder Sébastian avec se regard qui dit MAIS QU'EST CE QUE T'AS FOUTU ! Ce dernier haussa les épaules comme pour lui répondre VA TE FAIRE FOUTRE J’Y SUIS POUR RIEN. Christopher leur dit que cette alarme signifie qu'un braquage avait actuellement lieu de leur locaux.

Ludwig part en direction de l'entrée de la classe 2, en prenant soin de rester baissé. Sébastian continue de regarder les articles comme si de rien été. "Cache toi tonton on s'en charge " chuchota Ludwig à son oncle, Ludwig attrape ! Christopher vient de lui lancer une paire de gants étranges à la figure.

Qu'est ce que c'est ? Des gants Tesla ?! Pourquoi tu as ça sur toi ?

Ça, se sont des gants anti - électrocution, je les ai mis au point pour que tu évite de te tué en manipulant les cristaux géodésiques. Avec un peu de temps il se charge et deviennent des gants incapacitant électrique.

Merci heureusement que tu avais ça sur toi je suis à poile moi. Dit il en les attrapant.

Ludwig regarde en direction de l'entrée, le gérant est à terre. Ça jambe gauche a l'air touchée car une vendeuse est effondré juste à côté de lui en appliquant une compresse sur l'endroit où la balle est rentré. Ludwig se rapproche par les étagères en face de lui. Elles offrent une excellente cachette à notre jeune héros.
Il regarda les gants de son oncle. Ils sont plus lourd que des gants normaux. Les bouts des doigts sont métallique ainsi que la paume de la main. Un interrupteur est fixé sur l'avant bras. Il le mit en marche, un petit son strident retentit, mais ce dernier n'alerte pas les gardes armée pour autant. Il vit un homme au comptoir en train de vider la caisse. Deux autre devant lui, surveille les deux employés assis au sol au fond à gauche de la pièce. Deux autres pointent leurs armes droit vers la vendeuse et le gérant.

Partais et laisser mon personnel tranquille ! Vous avez la caisse, qu'est-ce qu'il vous faut de plus !“ hurla le gérant. Le bandit derrière le comptoir enjambe le meuble et pointe son pistolet sur la tempe du gérant.

On voudrait bien mais ya un code pour le coffre, alors tu va gentiment nous le donné et tout ce passera bien.

Non allez vous en ! Cria t-il.

Mauvaise répons (...) Il tira dans la jambe droite du gérant qui se tordait ensuite de douleur. On va réessayer. Ou tu nous donne le code, ou ta petite protégé va avoir un nouveau piercing entre les deux yeux. En pointant cette fois l'arme vers la vendeuse apeurée sur le corps du gérant comme pour le protéger.

Je vous en pris ne faite pas ça ! Tenez voilà le code 70 02 57 28. Par pitié ne la tuez pas.

Ludwig qui assiste impuissant à la scène, commence à s'approcher qu'en soudain un cliquetis retentit derrière lui. Du métal froid touche ses côtes. Il compris tout de suite et s'immobilise aussitôt.

Relève toi doucement les main en l'air. Lui ordonne le bandit d'une voix roc.

Il lève les mains en l’air, le bandit le poussa avec son arme.

AVANCE cria t-il. Et toi vas voir si il y en a pas un autre derrière. En s'adressant à un des deux garde au fond à gauche.

Il l'emmena jusque devant leur chef, pendant qu'un autre le fusil à l'épaule entra dans la salle des classe 2.

Ludwig leur dit : Vous savez les gars le magasin est ouvert jusqu'à sept heures ce soir on a tout le temps devant nous.

A genou et tais-toi sinon ... Lui dit le bandit derrière lui.

Dans la salle des classes 2, le bandit mis en joue Sébastian qui semble faire comme si de rien était. Il lui dit de se retourner et de le suivre. Il se retourne vers le bandit le sourire aux lèvres. Il s'avance vers lui avec un air très malsain. Le bandit prit peur et tire en direction de Sébastian. Aussitôt Sébastian se jette sur lui, en se baissant pour éviter le tire mal cadré du bandit complètement paniqué. Le malotru eut juste le temps de pousser un bref hurlement quand le poing de Sébastian lui arrive à pleine vitesse dans les gencives.

L'homme qui tenait alors en joue Ludwig , tourne la tête en direction du râle de son complice. Laissant ainsi une ouverture à notre apprenti secouriste pour agripper de ses mains survoltées, le bras de l'imprudent. Un autre bruit strident plus intense se fit entendre, suivi d'une odeur de brûlé.
Le malheureux gisait sur le sol tel un pantin désarticulé. Ludwig s'empare de son arme, un pistolet à barillet avant de se remettre à couvert. Une pluie de balles s'abattit sur lui. Il eu une idée plus que douteuse, il arracha un morceau de tissu du bandit-barbecue, avant de l'attaché comme un drapeau. Il l’agita en l'air comme pour demander un cessez le feu.

ATTENDEZ ! Dit-il : vous saviez qu'à chaque fois que vous tirez une balle dans se magasin, vous avez de plus en plus de chance de faire sauter toute la pièce ?

Qu'est ce qu'il va encore nous chercher ce naze, fumé le bordel ! Cria le chef à ces subalternes. Et une deuxième pluie de balles lui arrive dessus.

SEB ! hurle t-il dans le fracas incessant des munitions en se protégeant la tête.

Son frère se lançe sur les deux bandits dans le coins, en se protègent avec un morceau de meuble en bois. Les deux bandits côte à côte, ne purent voir Sébastian qu'au moment où il arrive à mis chemin entre les deux salles. Il fondit sur eux tel un défenseur de Géoball. Le bouclier improvisé heurte un bandit de plein fouet au torse, le deuxième fut emporté par le poids des deux autres. Les deux otages purent ainsi s'échapper, mais le chef qui devient complètement furieux les mit en joue et se prépare à les abattre comme des moutons.

OU VOUS CROYEZ ALLER ! Leur hurle t-il

NON PAS CETTE FOIS ! lui fit Ludwig en lui sautant dessus.

En l'air il saisit l'épaule de ce lâche pour le faire basculer en arrière et en même temps lui apposa sa main droite à la poitrine. Le chef pousse un râle avant de perdre connaissance.

Alors vous avez pas encore fini ? Cette voix provenait de l'entrée.

Un bandit était en train de faire le guet dehors. Il vit son chef au sol inconscient et Ludwig qui se relever au dessus de son corps inanimé. Sébastian, pointant du doigt la sortie du magasin: ”LUDWIG ! IL EN RESTE UN !" Dit son frère en finissant d'assommer le bandit à ses pieds. L'homme, voyant ses équipiers tous vaincus, ne tarde pas à s'enfuir. Ludwig titube vers l'entrée aussi vite qu'il put. Mais le trouillard était déjà loin.

Peu de temps après la tentative de braquage raté, la force d'intervention local arrive suivit de près par les secours, avec des équipements géoguérisseur. Ils évacuent l'établissement en moins de deux. Les malfrats mis or d'état de nuire par nos deux sauveurs, furent appréhender. Ludwig explique aux autorités qu'un des preneurs d'otages ont pris la poudre d'escampette. Ludwig en fit une description détaillée aux autorités. Ce dernier porté un grand manteau en cuir comme le sien. Il avait un vieux chapeau ressemblant à un chapeau de mousquetaires sans la plume. Sur son épaule droite un motif rouge y est inscrit. Une sorte d'épée, peut être un gang local qui sait ? La personne qui l'interroge lui avoua que ce type fait certainement partie du gang des glaives pourpres. Un gang qui sévit depuis des décennies dans la région.

Leur oncle les rejoignant dans la rue du magasin . Il courre vers eux dès qu'il les aperçu.

LUDWIG ! SEBASTIAN ! vous êtes vivants ! Et vous n'avez rien ! Leurs dit il en sanglotant.
T'en fais pas vieux gripsou, on en a vu d'autre (oui enfin pas vraiment pensa-t-il) rétorque-t-il à son oncle.

Christofer arriva devant son neveu en tendant ses bras vers lui. Ces traits était plus sombre.

JE T'AI DÉJÀ DIT DE NE PAS M'APPELER COMME ÇA JEUNE HOMME ! En lui cognant la tête avec un étrange objet sphérique.
Mais on a sauvé ton magasin vieux chnoc ! Un peu de reconnaissance ça te tuerait ? ! Dit il les larmes aux yeux .

Il reçu un deuxième coup sûr la tête. Son frère pouffant de rire à côté de lui :

Ludwig voyons respecte les personnes âgées MOUAHAHAH !

GÉE MOI ?! Christopher se retourna vers Sebastian ... qui s'effondre au sol des suites d'un trauma crânien. Mes neveux, vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis fier de vous deux. Sans vous , qui sait ce que ces monstres allez nous faire. En les serrant dans ses bras, il les félicite au nom de tous les employés de la B.C.G. Ah et au faite voilà pour vous récompenser. ( Il tendit un objet rond et métallique) le magasin à tenu à vous récompenser tous les deux, tout d'abord Ludwig je crois que tu es venu chercher ceci non ?

Mais c'est !

En effet le générateur géodésique de classe 2. Et ce n'est pas tout la boutique vous octroie le titre honorifique de clients d'or. Cela vous donne à tous les deux des réductions spéciale sur l'intégralité de nos produits. Oh et surtout, j'ai joué du coude avec le patron et il a accepté de contacter Vanéssa Passadéna. Sébastian regarda son oncle droit dans les yeux.

La gérante du Géodésia Bar !

Elle même, rétorque t-il, le meilleur bar de tout Archronos. Je vous confirme que vous êtes maintenant les invités de Madame Passadéna. Elle souhaite elle aussi vous voir autour d’une bonne chope de bière. Elle et notre patron son de très vieilles connaissance.

Wou-Hou ! Cria Sebastian à plein poumon, levant les bras au ciel comme pour remercier une divinité.

Ah, et une dernière chose Ludwig, mon employeur m'a demandé de te remettre ce carnet. Il a eu vent de ton expédition autour de Géodésia et il s'est dit que ce serait mieux si tu emporté ça avec toi. Il regroupe toutes les connaissances sur les cristaux géodésiques connus à ce jour.

Je... " ne sachant pas quoi répondre il se contenta d'un "Merci "

Nos deux héros partirent en direction du Geodesia Pub pour y raconter leur première aventure. Une fois sur place Vanessa les accueille en personne. Elle était là devant son enseigne. Son décolleté vert toujours plus sexy de jour en jour, une robe vénitien des plus magnifique laisse entrevoir ses magnifiques jambes couvertes de bas résilles sombre. Un haut de forme doré orné d'une plume de signe , surplombe ces cheveux long couleur d’automne. Elle les reconnut au premier coup d'oeil.

Mes salutations madame Passadéna, Comment se porte la femme la plus populaire de tout Archronos ? Demanda Ludwig en élevant son chapeau.

"Arrête les flatteries, mon poussin ou tu pourrais ne jamais ressortir de cette endroit" rétorqua t elle d'une voix suave et nonchalante. Mais merci du compliment petit et aussi encore merci d'avoir sauvé mon Ronaldouné d'amour ce matin.

Ronald Mac Désique est votre mari ?

Tout à fait , il est mon cinquième mari et je me serais senti incapable de me remarier d'aussi tôt si jamais il lui était arrivé quelque chose.

En tout cas merci à vous de nous accueillir mon frère et moi dans votre auberge, nous sommes des habitués de la maison.

Je vous en pris (en faisant un geste ample du bras en direction de la porte) c'est moi qui vous suis éternellement reconnaissante pour ce que vous avez fait . Alors si vous voulez bien me suivre à l'intérieur.

Lorsqu'ils pénétrèrent dans le Géodésia Bar une odeur de porc grillé et de bière leur chatouille les narines. Le feu crépite au milieu de la salle des fêtes. Les tables sont en chêne massif et disposées tout autour du feu principal. Le bar est juste à gauche de l'entrée. Il prenait toute la longueur du mur porteur. Les fûts encastrer dans la pierre de la structure étaient d'une taille imposante. Au moins 6 mètres de haut pour 3 de large et pouvant satisfaire les plus gros soiffards. La musique battait son plein. Nos deux protagonistes furent très vite remarqués, ou est ce peut être à cause de leur charmante hôtesse? Cette dernière les présente tel une annonciatrice l'or de bals importants. Elle leva d'abord la main, les danseurs et chanteurs s’arrêtèrent de jouer. Tout le monde se retournèrent en même temps vers nous. L'atmosphère étaient devenus assez pesante à ce moment. Vanessa, s'adressant à tous :

M'sieur Dame, je vous d’mande de faire une ovation tonitruante à nos deux héros pour avoir protégés mon bien aimé mari, ses employés et son magasin, vous les connaissez peut être déjà. Il s'agit de Ludwig et Sébastian Steamhearth !

Nos deux convives furent acclamé de tous, la musique reprit, les gens les appeler à tous vas pour boire une pinte avec eux.

Ortix ça va mon vieux ! Lança Sébastian à un homme affalé au bar .

Sébastian petite tête brûlée. Viens là et raconte à mes gars comment t’as réussi à t'en tirait cette fois, ha ha ! et prenez en de la graine vous autre ! Dit il en regardant ces comparses une chopine à la main. Hey Ludwig ! Repris t-il, une chope t'attend juste ici alors n'hésite pas à venir nous voir quand tu auras fini avec la patronne, si tu vois ce que je veux dire hé hé.

Je ne sais pas si c'est l'alcool qui te monte à la tête mais je te conseil de tenir de meilleurs propos à mon égard " lui lança Vanessa de son plus noir regard. Je te rappelle qui ton ardoise au bar ne cesse de s'allonger.

Ortix crispe sa mâchoire "hum en effet très cher veuillez accepter les plus plates excuses d'un vieil homme solitaire. (On aurait presque cru qu'il allait nous faire une révérence)

ça passe pour cette fois mais veillez à tenir votre langue vieil ivrogne.

Notre charmante demoiselle nous fîmes passer par des escaliers derrière le bar. Une fois à l'étage, un couloir orné de tapisseries en tout genre. Au fond à quelque mètres, une double porte rouge en chêne. C'était l'entrée du bureau de Vanessa , rare sont ceux qui ont eu la chance d'y rentrer. A l'intérieur une verrière nous donne une vue plongeante sur tout le Géodésia Bar, un lustre en cristal est suspendu juste au dessus de son bureau en ébène. Elle prit place dans son fauteuil de velours et leur dit :

Mes amis je ne saurai jamais vous prouver toute ma gratitude pour ce que vous avez affronté ce matin. Je sais que vous projetez de partir explorer ce monde, mais sachez que dehors il n'y a pas que de simples bandits. Et je sais aussi que tu fais ça pour retrouver des minéraux très spéciaux n'est ce pas Ludwig ?

Ludwig acquiesce en signe d'approbation. Oui, il sort le carnet de note de Ronald Mac Désique, il tourne quelques pages, puis montre une inscription suivi d'un croquis, ce dernier représente une sorte de porte entouré de trois pierres de couleur et de morphologie différentes ; en effet, poursuivit il, dans notre tour du monde je compte bien trouvé ces cristaux pour compléter mon invention et je suis prêt à en croire le monocle de Mac Désique que ces artefacts m'aideront à y parvenir. D'après l'inscription juste au dessus : “Les trois reliques sacrées une fois en la possession du valeureux voyageurs pourront ouvrir la porte."

Pas très tangible comme histoire ça. Fis remarquer Sebastian. Et on ne sait même pas où ça se trouve ton truc là.

Le seul conseil que je peux vous donner c'est de ne faire confiance à personne. Là dehors, vous serez livré à vous-même. Alors méfiez vous, on ne sait jamais.

Nos deux casse-cou retournèrent d'où ils vinrent après avoir passé la nuit dans le Geodesia Bar. La soirée s'étant terminé sur un litige entre Sébastian et un groupe de bandits ainsi que Ludwig saignant du nez après avoir voulu s'interposer. En bref encore une soirée normal à Archronos.
Avatar de l’utilisateur
Hauteclaire S.
Messages : 1733
Inscription : 02 février 2011, 21:45

Re: Les aventuriers de Géodésia Tome 1 Chapitre 1

Message par Hauteclaire S. » 04 février 2020, 09:28

C'est mieux que le roman steam édité que je suis en train de lire xD
"Il y a une tendance aujourd'hui à mettre des accessoires steampunk partout. Dans une publicité de nourriture pour chiens par exemple... Et hop! Voilà du steampunk. Ce genre de choses annonce le début de la fin." J. Blaylock
ludovicperez
Messages : 6
Inscription : 21 octobre 2015, 21:21
Localisation : Biarritz

Re: Les aventuriers de Géodésia Tome 1 Chapitre 1

Message par ludovicperez » 04 février 2020, 18:40

Merci beaucoup pour ton commentaire. j’essayerai d'être le plus régulier possible dans la publication des chapitres.
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »