[RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Seconde saison.
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par marius nightmare » 06 octobre 2012, 11:56

Le professeur se félicitait intérieurement d'avoir su rester naturel, évitant ainsi les questions du gamin ou de l'infirmière au sujet du contenu de la boîte.
Il faisait était en train de terminer les points et dit: Après ça et avant de faire le reste de la couture, je prendrai quelques minutes de pause, infirmière vous garderez le patient et continuerez à observer ses constantes, on le réveillera une fois tout ça fini.
miss engrenages
Messages : 204
Inscription : 23 juillet 2011, 17:48
Localisation : Bordeaux, Bazas
Contact :

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par miss engrenages » 06 octobre 2012, 12:46

Devant les yeux rond du militaire, elle tempaire en sortant du sac les outils:
-Ce n'est pas le gros outillage que vous imaginez.
La "perceuse" n'est qu'une vrille améliorée, le chalumeau est miniaturisé mais son autonomie est encore faible, le marteau est tous petit puisqu'il sert à l'horlogerie. C'est donc un équipement relativement léger.

-Je suis d'accord que la force d'un automate simplifierait la tâche.
Cela ne vous gênerait pas Monsieur Absynthe?

Elle lui posa la question car à sa grande fascination l’automate semblait doté d'une volonté propre. Un individu à part entière. Chose qu'elle accepta facilement, bizarrement.
Avatar de l’utilisateur
Absynthe
Messages : 358
Inscription : 24 février 2010, 20:39
Localisation : entre Londres et juste derriere le Parlement de Bretagne

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par Absynthe » 07 octobre 2012, 09:11

miss engrenages a écrit :-Je suis d'accord que la force d'un automate simplifierait la tâche.
Cela ne vous gênerait pas Monsieur Absynthe?
"Hem, Automate...pardonnez moi, mais c'est un peu plus compliqué que cela...bref, si je puis vous aider de quelque manière, je suis votre homme. "
La jeune femme le regardait avec insistance, et Absynthe prit conscience des lambeaux de ses vêtements qui laissaient voir beaucoup (trop) de parties de son corps métallique. Mal à l'aise, il tira comme il put sur les restes de sa chemise et remit son melon en place.

"Valentin, votre idée est simple et efficace, je suis entièrement d'accord, Mlle Aurélie, votre équipement nous sera d'un grand secours également..."

Le groupe se dirigea vers les panneaux en question. Le professeur souleva avec quelques peines une poutre qui gênait et la déposa avec fracas au sol.

"Nous y voila ! ils semblent en bon état qu'en dites vous ?"
Mobilis in Onire

"Cthulhu frgl'plglui nag'tlroustgn sjt plgn klrmplgu 'pli."
Traduction :
"Cthulhu aimerait bien pouvoir pisser tranquille, si c'est pas trop vous demander."

http://absynthe-creation.over-blog.com/
Avatar de l’utilisateur
margeval
Messages : 1730
Inscription : 18 mai 2011, 21:30
Localisation : Namur (Belgique)

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par margeval » 07 octobre 2012, 09:38

"Si tout le monde est d'accord, on se met au travail !
Jolivet, vous êtes avec nous
?"
Maison Lambert, le futur c'est déjà hier !
Vive les vaporistes libres et indépendants.
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2747
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par Antoine Jolivet » 07 octobre 2012, 21:34

« Mmmmmh ? Quoi ? Ah ! »

Antoine avait parfaitement saisi le regard incendiaire et le ton limite persiffleur de l'aérostier... Intérieurement, cela le faisait presque rire, car il sentait en Valentin un être fier et entier, mais dont la tête un peu « près du bonnet » lui donnait une apparence d'ours mal léché... un homme susceptible de prendre la mouche pour un rien, mais surtout de ne pas la lâcher ! Le genre d'homme avec les pieds duquel Antoine adorait jouer... mais le temps n'était pas à la bagatelle, et il valait mieux ne pas se mettre ce compatriote à dos !

Il joua donc l'ingénu parfait, qui ne se rend même pas compte des énormités qu'il dit...

« Je suis là, je suis là ! Oui, l'idée est excellente, et si mes souvenirs sont exacts, j'ai vu à la réserve de gros bidons de cire, nous pourrions en chauffer et ainsi enduire la toile tendue, ça augmenterait d'autant sa résistance... si nous avons le temps bien entendu, bien entendu... »
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Heyk
Messages : 1795
Inscription : 21 mai 2012, 13:47
Localisation : Cairo

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par Heyk » 07 octobre 2012, 23:56

Les deux matelots s'exécutèrent en prenant le bédouin sur son embarcation de fortune. Ce dernier s’assoupit alors que les deux hommes de bords montaient en direction de l'infirmerie. Ils se dépêchèrent afin qu'il soit soigné le plus rapidement possible c’est pourquoi le Professeur Eime les vit débarquer dans l'infirmerie haletants.

"Professeur Eime, voici un des blessés de l'explosion au hangar ! Où nous vous le déposons ?" lâcha un des deux, tandis que l'autre reprenait son souffle.
Heyk a.k.a. Naòs Al Kymaris
Un neobedouin voyageant dans une karavane multiplanaire.
Un jour les vaprôlistes domineront le monde !
Contact : #facebook & @twitter
Avatar de l’utilisateur
margeval
Messages : 1730
Inscription : 18 mai 2011, 21:30
Localisation : Namur (Belgique)

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par margeval » 08 octobre 2012, 06:20

Dans le hangar les aventuriers s'activent avec l'aide de quelques matelots encore valides.

La structure en bois est assemblée au sol, face au trou par lequel l'air s'engouffre toujours.
Le vent et le froid dûs à l'altitude rendent le travail particulièrement pénible.
Autre impératif qui ne facilite pas le travail, Valentin a insisté pour que tous ceux qui travaillent à proximité du trou soient solidement encordé, on a perdu assez de monde aujourd'hui !

Malgré les conditions difficile, le travail avance bien.
Maison Lambert, le futur c'est déjà hier !
Vive les vaporistes libres et indépendants.
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par marius nightmare » 08 octobre 2012, 16:07

Bien, posez le ici (il montrait une table).
Il dit ensuite à l'infirmière: terminez de recoudre celui-là et vous m'appelez une fois fini, je commence celui-ci.
Il commença par découper les vêtements: allez, celui-là aussi on le met nu.
Et il commença sa tâche.
miss engrenages
Messages : 204
Inscription : 23 juillet 2011, 17:48
Localisation : Bordeaux, Bazas
Contact :

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par miss engrenages » 08 octobre 2012, 20:31

Aurélie s'affairait sur les panneaux, à quatre pattes et encordée. Elle maintenait un coin de toile sur un des montants.
-Vous avez raison, de la cire rendrait l'ensemble plus hermétiques et solides.
-La Fée est stable, si on peut dire, je pense qu'on peut le faire.

La cire à proximité elle enduisait uniformément la toile avec une latte. Une embardé lui fit perdre l'équilibre et marquer de l'empreinte sa main le panneau.
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2747
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [RP]32.2 Vers la vallée de Fergana

Message par Antoine Jolivet » 08 octobre 2012, 20:56

« Ah ça, Mademoiselle, c'est ce qui s'appelle marquer son oeuvre de son empreinte ! On ne pourra pas nier que vous nous donnâtes un coup de main !... Mmmh... ça va ? Vous ne vous êtes pas brûlée ? »

Armé d'un marteau et les poches pleines de clous, Antoine avait accroché son filin spécial à une poutrelle en hauteur, et se chargeait de nettoyer le dessus de ce qui, il y a peu, était encore la porte du hangar. Il faisait tomber les débris qui ne tenaient que par miracle, fixait d'un coup magistral ce qui pouvait l'être, et ponctuait ses coups de marteau de vieux airs bruxellois mi-chantonnés, mi-sifflotés, ce qui lui donnait l'apparence d'un innocent charpentier jouissant du travail au grand air...

En fait, intérieurement, il souffrait toujours d'élancements à la base du crâne et dans les tempes, et plus d'une fois, il se vit au bord du malaise... Mais la « sacrée mécanique » comme il disait, tenait bon et, comme la Fée, tanguait mais ne décrochait point !
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Verrouillé

Revenir à « Des plaines du Far-West aux cimes de l'Orient »